Jean-Christophe QUINTON

Maison P1 . Désert du Kalaharie


source: Jean-Christophe QUINTON

Une inflexion sensible dans un systeme défini : la disparition calculée d'une fenetre organise l'irrégularité de la façade. Le plan se charge d'ordonner une distribution systématisée des ouvertures : chaque piece dispose de deux baies, côte-a-côte ou en vis a vis, suivant les étages. Cette disposition réguliere organise en façade une absence remarquée et en apparence aléatoire de l'ensemble de ses percements.
En accord avec son environement, comme une bâtisse romane, la mise en oeuvre est sommaire, murs épais maçonnés, sol en bois, tous les efforts sont reportés sur l'exécution des menuiseries. Les pieces, toutes de surface identique, sont des alcôves. Elles invitent leurs occupants a une expérience : se tourner le temps du bivouac vers son espace central, se tourner le temps de l'intimité vers le désert.







0 comentarios :

Publicar un comentario en la entrada